INTERVIEW EN CHEMIN

INTERVIEW EN CHEMIN

– D’où vous est venue il y a près de 10 ans cette idée de proposer un accompagnement « en marchant », « en chemin » ?

Philippe castan,coaching,gestalt-thérapie,angers
Coaching en marchant – chemin de Compostelle

Je n’ai fait que reprendre une vieille idée… Ainsi, Socrate, au Vème siècle avant notre ère, pratiquait-il déjà la maïeutique dans la rue, notamment sur le chemin conduisant à l’Assemblée ! Plus proche de nous, le psychiatre Jung accompagnait certains de ses patients dans le parc entourant l’hôpital psy. Freud lui-même a conduit plusieurs analyses dites « brèves » en déambulant dans les rues de Vienne.

– Comparée à l’accompagnement en cabinet, qu’apporte la marche ?

PhilippeCastan,coach,gestalt-thérapeute,angers
Coaching collectif en itinérance

J’ai remarqué que la marche est un réel stimulant pour l’expression orale, en particulier pour les hommes. Surtout, s’engager dans ce type de démarche, c’est accepter de sortir d’un lieu sécurisant, à l’abri du monde extérieur. C’est accepter de quitter un environnement connu. Pour terminer, marcher, c’est mettre le corps en mouvement et, du coup, y être davantage attentif. Or, le corps est un outil précieux pour avancer vers soi. Et puis, le chemin lui-même donne du sens, a du sens…

– On entend souvent qu’une thérapie ou un coaching se fait en face à face (ou sur un divan). Comment cela est-il possible en marchant ?

Philippe Casta,coach,gestalt-thérapeute,angers
Supervision en marchant

C’est vrai, accompagner en marchant paraît parfois transgressif autant pour les accompagnants que pour ceux qu’ils accompagnent. Évidemment, lorsqu’on avance, c’est côte à côte. Je suis même parfois légèrement en retrait, afin de laisser tout le champ de vision et de réflexion à la personne. Mais le travail en face à face reste possible, notamment pendant les pauses, ou à la demande lorsqu’une émotion particulière ou une prise de conscience se présentent.

– Vous évoquez le « sens » du chemin. Qu’entendez-vous par là ?

Philippe Castan,coaching,gestalt-thérapie,angers
Toucher au but, la métaphore et le réel, expérience du cheminement

La construction d’un parcours géographique peut avoir du sens en lui-même. Ainsi, pour un travail sur le passage à la retraite, nous pouvons terminer le parcours dans un lieu- dit baptisé « La Retraite »… Ou pour un autre thème, comme « L’Espoir », ou « Le But ». Oui, cela existe. Je travaille d’ailleurs avec un guide spécialisé dans l’élaboration de tels types de randonnées. Mais au delà de l’aspect « physique », le chemin prend surtout du sens à travers ce qu’en vivent ceux qui le parcourent. Ainsi, après un ou deux jours de marche (pour les accompagnements longs), des dynamiques psychologiques s’engagent, des questionnements (pourquoi suis-je parti de chez moi ? qu’est-ce que je fais là ? etc). D’autre part, le corps et les sens, tous les sens, sont en éveil, à la recherche de repères, dans une forme de « vide fertile».

– Partir sur les chemins, cela peut sembler efficace… Mais si je veux m’arrêter ?

Philippe Castan,coaching,gestalt-thérapie,angers
Ma relation à ce que je porte

Le cadre que je propose est clair : la personne peut s’arrêter à n’importe quel moment. Bien entendu, je vais la questionner, la confronter, l’amener à s’interroger sur la question des limites et sur le sens de ce blocage. Mon rôle, dans ce contexte, est de soutenir, d’accompagner la personne dans la recherche de ses ressources, d’une motivation. Et le groupe lui aussi joue un rôle soutenant. Mais si la personne persiste dans son désir, il existe toujours un moyen assez simple pour organiser son départ dans de bonnes conditions.

– Au-delà de la dimension psychologique, il y a aussi le corps, ses limites, la météo…

Philippe Casta,,coach,gestalt-thérapeute,angers
La relation, au coeur de l’accompagnement

En accompagnement individuel, si la personne ne souhaite pas affronter la pluie, le froid ou la canicule, nous restons dans le cabinet. En groupe, sur plusieurs jours, c’est différent… Si les conditions sont difficiles, le travail à l’extérieur est très confrontant. L’attention au corps est renforcée, les échanges deviennent plus impliqués, moins verbeux.  Et j’ai remarqué qu’une fois la période d’adaptation passée, on me rapporte souvent une certaine joie à se retrouver comme cela, dehors, dans des conditions difficiles et à en faire l’expérience en pleine conscience. C’est aussi cela le chemin.

Ecoutez aussi l’interview de Philippe sur RCF

Ecoutez aussi l’interview de Philippe sur France Info

Psychologies Magazine, Juillet-Août 2016:

Marche psyMarche psy  003 004

 

 

Mots-clés : Coach,angers,coaching,conseil,formation,philippe,castan,ouest,paris,manager,dirigeant,chemin,aidant,relationd’aide,thérapie,accompagnement,marche,supervision,équipe,tutorat,compostelle,professionnel,sens,innovant,changement, gestalt, gestalt-thérapie, psy, bien-être,burnout, burn-out,dépression,deuil,addictions,thérapeute,